6P Designs
);} --> );} --> );} -->
   
  Mendionde-Lekorne
  Zanpantzar erre da !
 

Zanpantzar a brûlé

Organisée par le centre culturel Eihartzia et le Gaztetxe Ttattola, la journée principale de cette période du carnaval 2014 a eu lieu, samedi, à Hasparren et dans les villages alentours. Dans la matinée, grâce à un temps clément, la fête a pu se dérouler comme prévu.

Les enfants ont présenté des petites scènes de théâtre parodiant des émissions de télévision puis, petits et grands ont dansé sur la place du village.C'est ainsi qu'une joyeuse troupe, accompagnant Sanpantza,r est partie de bonne heure d'Hasparren pour faire étape à Isturitz, où l'attendaient les enfants de Arberuako Ikastola avec leurs parents et le comité des fêtes.

Sous une pluie battante

Tout le monde s'est déplacé ensuite à Saint-Martin d'Arberoue pour la deuxième partie du programme mis au point par l'ikastola. En fin de matinée, la bruyante caravane s'est rendue à Mendionde. Des jeux pour enfants et des danses étaient au programme. Les Kaxkarrotak lekondars étaient également de sortie et se sont joint à la fête. L'après-midi, Sanpantzar est retourné à Hasparren sous une pluie battante, cette fois. Le mauvais temps a obligé les organisateurs à écourter le défilé et à se réunir au mur à gauche, plein à craquer pour l'occasion.

C'est donc à l'abri que les enfants des ikastolas, habillés en joaldun, ont chanté et dansé autour de Sanpantzar. Le thème de la journée était « Hasparren de demain ».

Une tête difforme

Le célèbre personnage du carnaval avait une forme humaine très dégradée. Il représentait l'homme du futur issu d'un environnement pollué et irradié, avec trois doigts dans chaque main et une tête difforme inquiétante. Il n'empêche que les gens s'amusaient bien et que le jugement de Sanpantzar valait le détour. Tout le monde est sorti un court instant afin de sacrifier à l'usage et brûler l'horrible personnage, le punissant ainsi de tous les méfaits dont il s'est rendu coupable. Un mutxikoak général a conclu cette belle fête populaire.

(article de Jean Arotçarena tiré du Sud Ouest du 3 mars 2014)


 
  Aujourd'hui sont déjà passés 39 visiteurs sur ce site